Archives des Verts français Archives des Verts français

Bilan d’étape : une année d’actions de Roselyne Bachelot

Des Complaisances face aux Lobbys

mardi 20 mai 2003

En matière de politiques publiques d’environnement, l’approche "consensuelle" prônée par Roselyne Bachelot apparaît totalement démagogique. Les déclarations en faveur du "dialogue" et de "l’écoute ", les sorties sur le" ministère de l’écologie enfin débarrassée de l’idéologie des prédécesseurs et recentré sur des objectifs consensuels cachent surtout une sensibilité retrouvée aux groupes de pression. La ministre, qui dit vouloir faire de son ministère "un ministère du "oui si" oublie manifestement le" si " dans la réalité (Le Monde des 10-11 novembre 2003). Roselyne Bachelot n’est pas consensuelle, elle est catégorielle !.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

En effet, les enjeux environnementaux sont, et seront davantage encore à l’avenir, des enjeux par essence conflictuels. Le politique doit donc , forcément et courageusement, arbitrer entre des intérêts divergents et contrarier des avantages acquis. Si Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin et Roselyne Bachelot souhaitaient véritablement engager les réformes qui s’imposent, si on prend leurs discours au sérieux, c’est en termes d’arbitrages et de choix que l’on peut évaluer leur action.

Or, les dossiers les plus controversés, ceux que nous avions cherchés à faire avancer dans le sens du développement durable, malgré des lobbys bien relayés au sein de l’Etat et au Parlement, sont l’objet d’une capitulation pure et simple.

Depuis le 5 mai, la liste s’allonge : révision en partie" iIIégale " des dates de chasse, retour sur l’arrêté "nuisibles ", et surtout, projet de loi sur la chasse scandaleusement en recul, visiblement écrit sous la pression de l’extrême-chasse. C’est le maintien de la gestion corporatiste de la nature (ici de la faune) chère à la droite comme à une certaine gauche. C’est là encore une externalisation par l’Etat : on laisse les fédérations de chasse faire de l’argent et gérer la faune, ce qui arrange Bercy. Idem pour la pêche.

Abandon de la loi sur l’eau face aux Vivendi, Ondéo, Vinci et des tenants de l’agriculture productiviste, la ministre se déclarant en faveur du principe pollueur-payeur, mais refusant la "redevance azote" prévue dans la loi ;
Encouragements au lobby nucléaire, à contre-courant de l’opinion française et du contexte européen et international. Ceci alors que l’évaluation économique de ce secteur se fait plus précise sur ses coûts réels à long terme et que le "marché" répugne à s’y impliquer ;

Reculs systématiques sur nombre de dossiers locaux : réouverture des dossiers autoroutiers A5, A 28 et A32 (et de combien d’autres ?), gel du GIP Camargue, avancement du projet de port à Donges...



Télécharger le Bilan Bachelot (pdf - 89 k)

Document réalisé à partir d’une note de Blaise Desbordes,

Réalisée avec le concours d’Yves Cochet, Dominique Voynet, Jean-Patrick Leduc, Gilles Euzenat et Sandrine Bélier.

Yann Wehrling
Porte parole national des Verts

contact :
06 84 35 51 33

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19