Archives des Verts français Archives des Verts français

Le débat sur la fondation présent aux Journées d’Eté 2009

Les échanges et le travail sur la fondation se sont poursuivis à l’occasion des Journées d’Eté à Nîmes d’août 2009.

mardi 22 septembre 2009

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Premier temps : un temps de travail.

Une réunion du groupe de travail s’est réunie le 20 août dans le cadre d’un atelier ouvert à tous. L’idée proposée était de débattre de la nature et de la rédaction de ce qui pourrait être le premier article de la future fondation, qui est l’article « fondateur » puisqu’il concerne les « buts de la fondation ». Cet atelier a accueilli environ cinquante participants, dont une dizaine de membres du groupe de travail. Du fait de ce format pluriel, de nombreuses personnes ont souhaité s’informer et un échange plus large sur la question de la fondation a eu lieu.

Deuxième temps : un temps de partage et de propagation de l’idée de la fondation.

Un forum a été organisé le jeudi 21 août. Son titre : « Créer une fondation de l’écologie politique ; : pourquoi ? pour quoi faire ? »

Animé par Béatrice Chasle, ce forum a accueilli Franziska Brantner, eurodéputée allemande, membre du conseil de surveillance et du conseil scientifique de la Fondation Heinrich Böll ; André Gattolin, sociologue ; Christophe Derenne, Directeur d’Etopia (fondation des Verts wallons) et Olivier Ferrand, Président de la fondation Terra Nova.

Dans un amphithéâtre de l’université Vauban de Nîmes, 150 personnes ont écouté studieusement les témoignages et analyses de ces intervenants.

Béatrice Chasle a rappellé le contexte du travail porté par le parti « Les Verts » (voir les précédentes rubriques.

Il existe au sein du mouvement de l’écologie politique de nombreuses productions auxquels des membres verts participent. Elles ont l’inconvénient d’être dispersées, qu’ils s’agissent de revues (Ecorev, Cosmopolitis), d’associations (Copernic, Dumont...), des groupes de réflexion (Pangée, Novo Idéo, Ecolosphère...), de fondations pas du tout connectées au parti (fondation Hulot), etc. Si on compare la situation avec celle des pays européens ou ailleurs dans le monde, il existe généralement une fondation, ayant une proximité avec le parti écologiste du pays, regroupant et fédèrant la production du ou des mouvements écologistes.

André Gattolin a été invité à apporter un éclairage sur l’émergence des thinks tanks et fondations aux Etats-Unis (il y a actuellement entre 1 000 et 2 000 fondations dans le monde, principalement dans les pays anglo-saxons et le nord de l’Europe, un tiers se trouvant aux Etats-Unis) et en Europe. En France, il n’y a pas eu de velléités de crétaion de fondation de fondation dans les années quatre-vingt et qutre-vingt-dix. Selon lui, nous sommes plutôt rétifs au développement d’outils prospectifs. Des initiatives existent toutefois pour gérer les archives en faisant travailler des chercheurs. La permière expérience est la Fondation Saint Simon qui est un lieu d’échange entre les élites. L’année 2003 voit la naissance de trois fondations : la Fondation Jean Jaurès (proche du PS) ; la Fondation pour l’innovation politique (proche de l’UMP, fondée par Jérôme Monod) ; la Fondation Gabriel Péri (proche du PCF). Elles mettent en place des réseaux d’experts et s’appuient sur les nouvelles technologies et la révolution technico-scientifique.

Franziska Brantner a rappelé les objectifs qui ont prévalu à l’avènement d’une fondation comme Heinrich Böll dès après la Seconde guerre mondiale : Après la Seconde guerre mondiale, il était nécessaire de recréer une société civile en Allemagne. Un des outils a été la mise en place de Fondations politiques financées par l’Etat. Elles sont juridiquement indépendantes des partis mais proches. Leur budget est directement lié au résultat aux élections de ce parti. Leur objectif fondamental est l’éducation politique comme l’enrichissement les débats politiques. Un tiers de leur budget est consacré au financement de bourses d’étudiants. Elles doivent aussi aider au développement de la démocratie dans les pays tiers dans le cadre d’une diplomatie partisane.

Franziska Brantner a également illustré les écueils que peut rencontrer toute fondation . Même si le budget est important, des choix doivent être faits. Ainsi : 1. La tentation de vouloir tout faire, c’est risquer la dilution et le saupoudrage 2. Il faut trouver un équilibre entre le centre et la périphérie : ex. : Berlin et les régions 3. Même chose pour les évènements : faut-il privilégier des gens connus qui attirent du public ou des gens plus intéressants mais moins connus ? (intégrer aussi les quotas hommes/femmes) 4. Idem pour l’équilibre entre le travail en petit réseau de proximité avec des participants qui ont déjà du pouvoir (députés, ministères...) ou construire un réseau plus éloigné mais plus innovant.

Christophe Derenne a expliqué le contexte dans lequel la fondation Etopia s’est créée et a expliqué comment cette fondation a été structurée. La création d’Etopia fait suite en 2003/2004 à des défaites électorales des Verts Wallons qui passent de 20 % à 7 %. Elle n’est pas conçue comme une fondation mais comme un Centre d’animation et de recherche en écologie politique, un lieu participatif de prospective et d’éducation permanente (comparable à l’éducation populaire française). Elle se fixe comme obligation que ses objectifs doivent à la fois viser le grand public et rendre des services aux Verts Wallons (Ecolo). Cette construction avait été préparée dans les années 96 à 99 par des Etats généraux de l’écologie politique (EGEP) qui étaient une médiation entre Ecolo et la société civile

Les 5 pôles d’activités d’Etopia sont : 1. Pôle prospective 2. Pôle Revue Etopia et Site Internet 3. Pôle débat 4. Pôle formation 5. Pôle documentation et archives

Olivier Ferrand a présenté la fondation qu’il préside et en a expliqué le contexte et les objectifs : Le modèle de la Fondation Terra Nova est différent de celui des Fondations rattachées à un parti. Son objectif : produire des idées et renouveler le projet, mais le faire en indépendance totale.

Les 3 priorités de la Fondation Terra Nova sont : 1. Assurer une production intellectuelle de long comme de court terme 2. Diffuser en direction des politiques et des médias (convention avec Libé, Rue89, MédiaPart) et en développement vers le grand public 3. Mettre en réseau (Interface) Les sites Internet à visiter, en lien avec le forum :

http://www.tnova.fr http://www.tnova.fr http://www.boell.de http://www.boell.de (« Die Grüne politische Stiftung ») http://www.etopia.be http://lesverts.fr/

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19