Archives des Verts français Archives des Verts français

Handicap & Citoyenneté, pour la réactivation de la Commission Handicap et l’élaboration d’un programme en vue des élections à venir

Motion adoptée par le CNIR le dimanche 14 juin 2009

dimanche 14 juin 2009

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La question du handicap

Citoyens à part entière, c’est en mairie que les limites à la citoyenneté d’une personne handicapée s’exprime lorsqu’une adjointe qui est chargée des affaires sociales répond au cours d’une discussion sur l’accessibilité des bus aux personnes à mobilité réduite : « on ne peut pas faire plaisir à tout le monde. »

Qu’une personne handicapée ne puisse glisser elle-même son bulletin de vote dans l’urne ; qu’elle ne puisse utiliser les transports en commun, pourtant « service public », (inaccessible en fauteuil, comme bien souvent aux poussettes) ; qu’elle ne puisse retirer de l’argent à un distributeur ; qu’elle ne puisse entrer dans une banque ; qu’elle ne puisse poster une lettre, s’orienter dans la ville, ou traverser un carrefour ; qu’un enfant soit rejeté de l’école, qu’elle vive continuellement en dessous du seuil de pauvreté ; nous Verts, farouches et infatigables combattants de l’écologie politique qui avons conscience qu’il ne peut exister de développement durable pour l’environnement sans cohésion sociale, allons-nous encore longtemps accepter ces états de faits quotidiens sans lever un poing rageur ?

Non-voyants, personnes de petite taille, insuffisances respiratoires, pompés coronariens, personnes âgées, etc. sont trop souvent exclus de la vie quotidienne. Il est aujourd’hui de plus en plus difficile de vivre avec un handicap, surtout lorsque l’on doit se contenter de l’allocation pour adultes handicapés (653 €).

Ces citoyens « pas comme les autres » que l’Etat stigmatise en mettant à l’honneur la « valeur travail » comme en d’autres temps un régime brun les aurait classés parmi les divers non productifs pour la société et internés, représente aujourd’hui un tiers de la population regroupée sous le vocable de « personnes à mobilité réduite » (pmr).

Et que dire de l’intégration scolaire et professionnelle ? Quand on sait l’importance de l’école dans les premiers contacts avec les autres, les préalables à toute véritable insertion sociale que sont la formation et le travail, on comprend au regard des chiffres, comme la France a du chemin à faire. Ces 10 dernières années, le taux de chômage des travailleurs handicapés (dont les deux tiers ont un niveau scolaire intérieur ou certificat d’études primaires) a augmenté de 160 % contre 20 % pour les personnes valides ; et la durée moyenne de celui-ci est de 594 jours soit plus du double que pour une personne valide. A cela il faut ajouter que la personne en situation de handicap est reconnue comme la première catégorie discriminée à l’emploi, loin devant les femmes et les immigrés. En effet, malgré les lois les protégeant, les entreprises préfèrent payer de fortes amendes plutôt que d’employer des personnes à mobilité réduite. Il ne reste alors plus qu’à cette dernière de créer sa propre entreprise, domaine où elle excelle d’ailleurs, puisque son taux de réussite est supérieur à celui des valides. Mais comment créer son entreprise lorsque le monde traverse sa plus grave crise économique et financière depuis 1929, que des groupes tels que General Motors parlent de mettre la clef sous la porte, et que le mois de janvier 2009 a atteint un record avec 90 000 chômeurs de plus en France ? Par conséquent, si les personnes handicapées sont les premières touchées par la crise, lors de l’arrivée sur le marché du travail de nouveaux emplois, que ces emplois soient verts ou non, il est évident qu’elles seront les dernières à en profiter de par la stigmatisation qui leur est faite sur le marché du travail (et ailleurs).

En 1999 les Verts et leurs élus rappelaient déjà par ailleurs qu’il est illusoire de parler de dignité et d’insertion sans la garantie de ressources suffisantes, aussi bien pour les handicapés adultes, que pour les parents d’enfants et d’adolescents handicapés ainsi que pour les professionnels qui les accompagnent. Il serait temps de se positionner sur une législation européenne fondée sur celle des pays les plus avancés (Norvège, Danemark, Allemagne, etc.) Il serait temps pour nous militants et élus Verts, en concertation avec les associations, de nous engager à permettre une vie pleine et entière basée sur la compensation intégrale du 11 février 2005. Les personnes handicapées (et leurs familles mais aussi professionnelles) ont droit à leur prise en compte des différences dans tous les domaines (accessibilité, droit à l’éducation et au travail, intégration sociale rendue possible par des meilleures ressources dont l’allocation d’adulte handicapé au SMIC). Tout ce qui améliorera la vie des personnes handicapées, de leurs familles et amies, des professionnels du handicap facilitera leurs insertions et leur permettra de vivre dans la dignité qui leur est dû. Ce noble combat pour le respect de la dignité humaine et de la citoyenneté des personnes handicapées, qui mieux que notre sensibilité de militants écologistes par essence solidaires avec le monde pourrait la porter ?

La commission handicapée des Verts

À l’heure où l’on parle du rassemblement d’Europe écologie il serait intelligent de nous positionner sur un électorat profondément en manque de considération et qui représente près d’un tiers de la population française. La commission handicap Rhône-Alpes nous démontre que cela peut fonctionner.

Nous demandons la réouverture le plus rapide possible de cette commission.

(motion adoptée)

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19