Archives des Verts français Archives des Verts français

Santé Verts : la lettre de la Commission santé des Verts

Edito : La stratégie du thermomètre. Le 1er décembre 2008

mardi 2 décembre 2008

PDF - 23.3 ko
Santé Verts 1/12/2008
Lettre de la commission Santé des Verts
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article
Les députés de la MECSS (Mission d’Evaluation et de Contrôle de la Sécurité Sociale) préconisent la remise en cause du régime des Affections de Longue Durée. 10 millions de personnes sont en ALD, ce qui correspond à 65 % des remboursements de l’Assurance Maladie. Les prévisions sont de 12 millions en 2012. Dans ce cas, c’est bien connu, il est tentant de casser le thermomètre plutôt que de chercher à faire baisser la température. L’idée centrale du rappport est de supprimer la prise en charge à 100% des ALD et pour mieux faire passer la pillule, l’accent est mis sur le bouclier sanitaire : les reste à charge seraient limités. Autant dire qu’une telle mesure signerait la fin du principe de solidarité. A aucun moment, la MECSS ne s’interroge sur l’origine de cette croissance. L’origine environnementale n’est même pas évoquée. On en reste au vieillissement alors que les chiffres de la CNAM montrent qu’il n’explique qu’un quart de cette progression. Au même moment, le président de l’Académie de Médecine rend un rapport préparatoire pour le 2nd Plan National de Santé Environnement sans faire référence au principe de précaution (Nous reviendrons sur ce point dans le prochain n° de Santé Verts). Au même moment, la Fédération de l’Hospitalisation Privée se frotte les mains. « Privatisation des établissements de santé : le mouvement est en marche en Europe » titre le Quotidien du Médecin, en mettant l’accent sur le rôle moteur de la France (39 % des parts de marché déjà acquis pour le privé). Télescopage de l’actualité. Au même moment, les données s’accumulent pour démontrer la responsabilité de notre environnement dans les maladies chroniques, avec un accent plus particulièrement ces dernières semaines sur les questions touchant à la reproduction, avec à l’appui les dernières mesures sur l’impressionnante charge en pesticides des raisins de table. Deux visions s’affrontent. Soit, nier la réalité et profiter de la crise pour donner les clefs aux tenants de la marchandisation de la santé avec une logique d’assistance pour les plus démunis, soit analyser les causes de la crise et penser un new deal en matière de santé et d’assurance maladie basé sur le principe de solidarité et une politique de santé publique audacieuse. Le sondage de la CSMF montrent que les médecins libéraux sont favorables à un système pluridiscilinaire, mais sont opposés à une étatisation. C’est aussi le sens des propositions du CISS pour une gouvernance plus démocratique. A un moment où Barack Obama s’apprête à rompre avec la logique de privatisation et à doter son pays d’un système d’assurance maladie, il est étonnant de voir que la privatisation soit encore portée en France et en Europe comme la solution à la crise. Ce sera aussi un enjeu des prochaines élections européennes, mais dans l’immédiat toute mesure pouvant bloquer cette évolution est à soutenir.

Mot-clé :
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19