Archives des Verts français Archives des Verts français

Casser les organismes de recherche, et après ?

Communiqué de presse des Verts du 29 janvier 2008

mardi 29 janvier 2008

Le discours sur la recherche prononcé à Orsay par Nicolas Sarkozy affirme clairement sa volonté de pilotage de plus en plus étroit des activités des chercheurs. Eux aussi ! Pourtant, et c’est une évidence partout dans le monde, la recherche a besoin de s’inscrire dans le long terme et d’être libre afin d’être créatrice de connaissances.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Il ne suffit pas d’asséner faux diagnostics et contre-vérités pour convaincre.

Non, ce n’est pas vrai que « des générations entières de jeunes chercheurs français s’exilent » parce que le système français de recherche ne les attire pas. Les séjours à l’étranger ont toujours existé, ils sont positifs et la plupart des jeunes chercheurs français reviennent.

Non, ce n’est pas vrai que les organismes de recherche français ne sont pas attractifs pour les jeunes chercheurs étrangers. Il suffit de voir la nationalité des chercheurs recrutés chaque année.

Non, ce n’est pas vrai que « tout le monde est d’accord sur le diagnostic » et que le seul choix, c’est l’immobilisme ou la rupture.

Nicolas Sarkozy aligne les promesses de milliards. Mais la vente des actions d’EDF n’a pas rapporté ce qui était espéré, et les crédits d’impôts promis - l’essentiel des milliards en question - sont bien insuffisants pour que les entreprises françaises s’investissent dans la recherche à l’instar de leurs homologues étrangères.

Chacun est d’accord pour que les universités françaises soient renforcées. Mais prétendre que le seul choix se situe entre l’immobilisme et la casse des plus importants organismes de recherche - le CNRS entre autres - en vue d’une restructuration brutale décidée dans les cabinets présidentiels sans concertation, est une manipulation.

Les Verts défendent le développement des structures pérennes pour mieux renforcer la recherche, et rappellent qu’ils sont favorables à ce que les jeunes enseignants chercheurs puissent consacrer l’essentiel de leur temps de travail à la recherche.

Les Verts refusent ici comme ailleurs la précarisation comme prétendu remède à des diagnostics posés de manière caricaturale. S’ils souhaitent une diversification des recherches, y compris en associant chercheurs et société civile organisée, sur le modèle des PICRI (Partenariat Institutions Citoyens pour la Recherche et pour l’Innovation) institués en Ile-de-France, ils refusent que les chercheurs soient soumis aux diktats des priorités politiques ou économiques actuellement en vogue.

Anne Souyris, Porte-parole nationale des Verts

Mot-clé :
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19