Archives des Verts français Archives des Verts français

Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme : la mort au bout des chiffres

Réaction presse des Verts le 26 septembre 2006

mercredi 26 septembre 2007

A propos de la Conférence du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme les 25 et 26 septembre à Berlin.

A rebours des promesses de campagne de Nicolas Sarkozy, la France, a annoncé mardi dernier qu’elle ne ferait que maintenir sa participation à la hauteur nettement insuffisante de 300 millions d’euros.

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

En effet, pour subvenir à hauteur des besoins des malades, la France devrait octroyer au bas mot 400 millions d’euros au Fonds dès aujourd’hui. C’est le minimum si l’on veut que, dès 2010, la France participe à hauteur de 10% du fonds, comme M. Sarkozy s’y était explicitement engagé.

En révisant ses promesses à la baisse, la France renonce à sauver des vies. 97 % des malades du sida n’avaient pas accès aux soins voilà 5 ans. Ce chiffre est tombé à 70 % aujourd’hui, uniquement grâce à l’argent donné au fond mondial. Le gouvernement doit rompre avec la tradition chiraquienne des promesses non tenues : donner moins d’argent, c’est laisser mourir plus de malades. Aujourd’hui, 10 000 personnes meurent quotidiennement du sida, 5500 de la tuberculose et plus de 2500 du paludisme.

Les pays riches ont promis l’accès universel au soin pour les malades du sida d’ici 2010. Nicolas Sarkozy a assuré qu’ 1milliard de dollars par an serait dévolu à la santé en Afrique. On voit mal aujourd’hui comment ces promesses seront tenues.

La France est riche, elle devrait tenir ces engagements, face à une situation sanitaire due en grande partie à l’exclusion, à la pauvreté et à l’absence de solidarité internationale.

Anne Souyris, Porte parole

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19