Archives des Verts français Archives des Verts français

Grenelle de l’environnement ou Grenelle atomique ?

mercredi 26 septembre 2007

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La publication initiale de ce texte, et de nombreux autres billets de l’auteur, sont visibles sur DenisBaupin.fr. Rendez-vous y pour commenter l’article.

Les déclarations du Président de la République, hier, à la tribune de l’ONU, proposant de couvrir la planète de centrales nucléaires, éclairent d’un jour nouveau (avec force rayons X !) la préparation du Grenelle de l’environnement. On connaissait déjà Sarkozy organisant en 1986 la désinformation sur le nuage de Tchernobyl ; puis Sarkozy en Libye troquant la libération des infirmières bulgares contre l’énergie atomique ; Sarkozy toujours « conseillant » au gouvernement allemand de renoncer à la fermeture progressive de ses centrales... et voilà maintenant le plus haut représentant de la France, censé évoquer la lutte contre le dérèglement climatique, et ne trouvant rien de mieux que de se transformer en représentant de commerce de la prolifération atomique !

Tout est déjà connu de l’inanité de cette proposition : la faible part du nucléaire aujourd’hui dans l’énergie planétaire (moins de 5%) ; l’incapacité du nucléaire à fournir l’énergie nécessaire pour les principales sources d’émission de gaz à effet de serre, à commencer par les transports ; les réserves limitées d’uranium ; l’incapacité à gérer les déchets ; l’inadaptation d’un système hyper centralisé quand les besoins sont au contraire très décentralisés ; les risques d’accidents majeurs d’autant plus importants qu’il y aurait course à la rentabilité et multiplication des centrales dans des conditions de sécurité très variables d’un pays à l’autre ; et, last but not least, risque de prolifération de l’arme atomique, la fable sur la soit-disant étanchéité entre nucléaire civil et militaire ayant depuis longtemps fait long feu...

Le calendrier de cette déclaration est pour le moins préoccupant. On est à quelques semaines d’un Grenelle de l’environnement, dans lequel la grande majorité des écologistes (associatifs et politiques ; à l’exception notable du Réseau Sortir du Nucléaire et des Faucheurs Volontaires) ont décidé d’investir leurs forces, sans naïveté, mais avec la volonté d’obtenir des avancées attendues depuis longtemps , vu le grave retard accumulé par la France dans les politiques environnementales. Si ces éventuelles avancées devaient se payer d’une relance de l’énergie atomique, non seulement en France mais au niveau planétaire, le prix serait exorbitant, donc totalement inacceptable.

C’est pourtant le piège que semble aujourd’hui nous tendre le Président de la République, avec sa rouerie et son culot habituels. Les écologistes impliqués dans le Grenelle n’ont évidemment pas dit leur dernier mot . Ils ne serviront pas de caution écologique à la relance de la prolifération nucléaire . Ils ne manquent pas d’atout, y compris l’arme ultime (j’allais dire « l’arme atomique » !) que constituerait un retrait pur et simple du Grenelle. La fin de l’histoire n’est pas encore écrite. Je ne doute pas que les écologistes sauront, au moment opportun, ne pas se désunir et prendre à témoin l’opinion publique.

Denis Baupin

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19