Archives des Verts français Archives des Verts français

Motions ponctuelles thématiques

9.- Pour une solidarité entre le Nord et le Sud, développer l’action internationale des Verts

dimanche 1er décembre 2002

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article
La catastrophe du 21 avril trouve en partie son origine dans la globalisation néolibérale : Faillite de pays entiers : Argentine, Uruguay marginalisation de l’Afrique, démantèlement des services publics, crise boursière, endettement, crise climatique La globalisation s’organise autour de la domination économique (transnationales, OMC, FMI, Banque mondiale), militaire (interventions américaines, OTAN), politique (G8) écologique (les pays développés étant les plus pollueurs). Les attentats terroristes du 11 septembre ont aggravé les conséquences de la globalisation : guerre en Afghanistan, menaces contre l’Irak, conflit israélopalestinien, montée de l’extrême droite en Europe. L’organisation des sociétés civiles altermondialistes (Seattle, Millau, Gênes, Dakar 2000, Porto Alegre), le vote de la loi sur l’esclavage défini comme crime contre l’humanité sous la mandature de la gauche plurielle, la conférence de Durban constituent un espoir pour l’émancipation des peuples. L’axe Nord/Sud est devenu central. Pour les Verts, combattre pour l’altermondialisation, c’est :
- proposer un type de développement alternatif au modèle productiviste du Nord ;
- critiquer le rôle de la Ve République dans sa chasse gardée (Afrique, DOM-TOM) ;
- faire le bilan de la gauche plurielle sur les plans de la politique étrangère, de la mondialisation, des rapports Nord/Sud, de l’Afrique ;
- renforcer les liens de solidarité avec les peuples du Sud, notamment ceux vivant dans la dépendance de la France. La Ve République, depuis De Gaulle, a maintenu un système de domination néocoloniale par le biais de la coopération, du domaine réservé de l’Élysée, des réseaux mafieux de la Françafrique. Ce modèle est en crise. En France, il se traduit par la montée de l’extrême droite nostalgique de l’ordre colonial, la discrimination des immigrés et des jeunes issus de l’immigration. La politique étrangère du gouvernement Jospin, notamment en Afrique, n’a pas rompu avec ce modèle :
- soutien aux dictatures et aux régimes autoritaires (Tchad, Mauritanie, Gabon, Centrafrique, Tunisie, Algérie) ;
- blanchiment des responsabilités de la France dans le génocide rwandais (mission Quilès) ;
- attentisme face à la guerre civile au Congo-Brazza où la responsabilité d’Elf est engagée.
- soutien du PS à la prise de pouvoir de L. Gbagbo en Côte d’Ivoire qui a soutenu le concept d’ivoirité et ses conséquences xénophobes. Cette démarche renforce la domination des pays du Nord sur le Sud. L’action des Verts prend insuffisamment en compte les enjeux des rapports Nord/Sud. Tant par les moyens financiers consacrés que par l’intervention politique, l’action internationale est le parent pauvre des Verts. Nous devons :
- donner cohérence et visibilité à cette action ;
- mettre au cur du projet des Verts les questions géo-stratégiques et l’axe Nord/Sud ;
- participer à la construction d’un large mouvement d’opinion internationaliste ;
- lutter contre les discriminations en France à l’encontre notamment des originaires des DOM, des communautés immigrées, des jeunes issus de l’immigration
- renforcer le dialogue entre les cultures par un programme éducatif fondé sur la lutte antiraciste, la culture de paix, le multiculturalisme ;
- clarifier le débat sur la mondialisation en montrant comment, en s’en donnant les moyens, l’Europe peut jouer son rôle de rempart naturel contre la globalisation libérale et de médiation Nord/Sud
- tirer les conséquences de l’échec de Johannesburg en construisant un nouveau type de rapport Nord/Sud : droit de réparation, annulation de la dette, remboursement de la dette écologique, redéfinition des notions de croissance et de développement, démocratisation de l’ONU et des institutions financières ;
- développer notre projet de Ve République : rupture avec la Françafrique, réforme de la Coopération franco-africaine, contrôle parlementaire, droit de vote des étrangers, lutte contre la délinquance politico-financière ;
- privilégier des moyens d’action : définition de politiques publiques transnationales, campagnes de boycott citoyen contre les dirigeants oppresseurs de certains pays, de ceux qui les soutiennent et de leur production, campagnes de solidarité, promotion du commerce équitable, de l’économie solidaire, de la coopération décentralisée, développement de l’internationale Verte
- Les Verts définiront leur position sur la mondialisation dans les six mois à venir et participeront activement à la préparation du contre-G8 à Évian, en juin 2003, et du Forum social de Paris Saint-Denis, en novembre 2003 ;
- Les Verts feront un bilan de leur action dans la coopération décentralisée, prépareront un projet de loi-cadre pour l’Aide publique au développement et redéfiniront leurs positions sur le rapport Nord/Sud avec les ONG, les Verts et les démocrates africains. Les Verts s’engageront dans la construction d’un mouvement anti-guerre contre la politique unilatéraliste et impérialiste des États-Unis.

Signataires :

Premiers signataires de la motion ponctuelle "Pour la solidarité entre le Nord et le Sud, développer l’action internationale des Verts " :

Farbiaz Patrick ; Ba Mamadou Bocar ; Berthelot Jacques ; Bocanégra Jorge ; Bock Michel ; Bonnet Jacques ; Boudet Martine ; Bouzid Ahmed ; Carillo Clarissa ; Chiajeze Roger ; Delpeyrou Didier ; Denis Christian ; Diawra Santa ; Duthu Françoise ; Grèze Catherine ; Konaté Mustapha ; Kouyate Oummou ; Lancry Jean Pierre ; Mpaka Ruffin ; Pagnac Elisabeth ; Pizon Eric ; Rod Didier ; Soltic François ; Verdure Odile ; Vicherat Philippe ; Vidal Marc

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19