Archives des Verts français Archives des Verts français

Motions ponctuelles thématiques

4.- Combattre la fracture Nord-Sud

dimanche 1er décembre 2002

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Les Verts se considèrent comme citoyens du monde ; pour eux, la réduction de la fracture Nord-Sud doit être un quatrième pilier, au même titre que l’environnemental, le social et la citoyenneté démocratique. Cet aspect est un des fondements de l’écologie politique (voir l’uvre de René Dumont), mais a été délaissé ces dernières années. Le destin des peuples du Sud doit être autant au centre de notre attention que celui de nos concitoyens. Il nous reste donc à accompagner nos positions, souvent bonnes, de la volonté, de l’énergie et des moyens égaux à ceux que nous déployons pour les trois autres piliers de notre pensée politique. Pour les Verts, les relations Nord-Sud restent marquées par des rapports dominant-dominé prouvant que la décolonisation reste à réaliser. Pire, une analyse historique amène facilement à la conclusion que les changements cosmétiques de ces relations (décolonisation, multipartisme) n’ont été concédés qu’afin de permettre sa perpétuation. Remplacer les gardeschiourmes blancs par des gardes-chiourmes noirs permet de continuer le pillage sous aspect de commerce librement consenti ; les simulacres d’élections permettent de le faire en conservant une apparence de respectabilité. La réalité est plus prosaïque : le pillage continue ! !

POUR NOUS, LE NORD EST REDEVABLE DE TROIS DETTES :

1. La première est consécutive à la traite négrière. La France a reconnu l’esclavage comme un crime contre l’humanité. 2. La seconde est consécutive au pillage dû à la colonisation et au génocide des Amérindiens. Les matières premières des pays du Sud ont été accaparées par le Nord avec violence et nourrissent la machine industrielle du Nord. Encore aujourd’hui le FMI et la Banque mondiale travaillent consciencieusement à la chute des cours. Les terres de la première puissance mondiale ont été volées suite au génocide des Amérindiens, puis mises en valeur par les esclaves noirs, main d’uvre gratuite. 3. La troisième enfin est écologique. Le Nord s’est développé sans le moindre égard pour l’environnement transformant la planète en dépotoir, altérant les cycles vitaux de manière quasi irréversible. Aujourd’hui, seuls les efforts de tous peuvent espérer enrayer le processus. Mais le Sud aspire aussi au développement, à la dignité et à l’égalité ; c’est donc au Nord, bénéficiaire de l’incurie précédente, de financer le manque à gagner lié au maintien des biosphères, de la biodiversité et de la mise à des normes écologiquement acceptables des industries du Sud. Des réparations doivent être envisagées. Il ne peut en aucun cas s’agir de réparations individuelles. Il ne saurait être question de verser un dédommagement financier à Colin Powell au motif que ses aïeux furent esclaves. Nous pensons que la question des réparations de ces crimes contre l’humanité doit être transformée en chance pour l’humanité : il s’agit de justifier par des raisons non caritatives la nécessaire remise à niveau du Sud, la satisfaction des besoins vitaux des populations du Sud. Éducation de base pour tous . . . . . . . . . . . 6 milliards Achat de cosmétiques aux États-Unis . . . . 8 milliards Accès à l’eau et assainissement pour tous. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 milliards Achat de crèmes glacées en Europe . . . . 11 milliards Soins de gynécologie et d’obstétrique pour toutes les femmes . . . . . . . . . . . . . . 12 milliards Consommation de parfum en Europe et aux États-Unis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 milliards Satisfaction des besoins nutritionnels et sanitaires de base . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 milliards Achat de boissons alcoolisées en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 milliards Chiffres PNUD et HCCI) « Avec 40 milliards de dollars de dépense annuelle de plus, tous les habitants des pays en voie de développement bénéficieraient d’un accès universel aux services sociaux de base et mangeraient à leur faim » (PNUD) 40 milliards, c’est aussi 10 % du budget de la défense américaine.

LES VERTS DOIVENT SE BATTRE POUR :

-  Une revalorisation massive d’une APD profondément rénovée afin de répondre aux besoins réels des populations.
-  L’annulation de la dette du Sud et la mise en place d’une politique de réparation de la triple dette du Nord accompagnée par une politique radicale de lutte contre l’impunité des délinquants financiers.
-  L’exigence d’une application identique du droit international aux criminels du Nord comme du Sud, cette application doit s’étendre aux chefs d’État en exercice.
-  La mise en uvre du projet d’ajustement politique (PAP) et l’étude d’un Tribunal arbitral international des élections.
-  Une campagne nationale de jumelage des municipalités où nous sommes présents avec des municipalités du Sud.
-  Mais aussi pour des changements en interne :
-  mettre en place une coordination politique de la coopération décentralisée ;
-  recevoir les délégations politiques du Sud avec un respect accentué ; elles doivent être aussi bien traitées que les délégations et les journalistes du Nord ;
-  prendre en compte la fracture Nord-Sud à tous les échelons de réflexion et de décision des Verts ;
-  faire de la démocratisation et de la solidarité avec le Sud un point crucial de nos relations avec les autres partis.


Signataires :

HAUTE NORMANDIE Oumar WELLE

ILE-DE- FRANCE Tandia ASTOU, Francine BAVAY, Julien BERTRAND, Mamadou Bocar BA, Lydie BENOUDJITA, Michel BOURGAIN, Françoise DUTHU, Souleymane FANGUINA, Patrick FARBIAZ, Dominique FRAGER, Nicole FRYDMAN, Farid GHEIOUECHE, Stephen KERCHOVE, Gong Raoul LAONA, Anne LE STRAT, Ruffin MPAKA, Hamady M’BODJ, Alain MOBELE, MODE ASMENGAR, Léonid MOTOPENZA, Tsakala NYIMI, Eric PIZON, Fanomzezana RAKOTOARISOA, Moctar TOURE, Eros SANA, Djibril YONGANE, Simplice ZINGAS

MIDI PYRÉNÉES Nicole BERTRAND-SERIS, Jean-Baptiste BILLARD, Martine BOUDET-EKUE, Odile VERDURE

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19