Archives des Verts français Archives des Verts français

Transcription du Chat du 14 novembre 2006 avec Pierre Radanne

mardi 14 novembre 2006

Pierre Radanne était l’invité du Tchat des Verts le 14 novembre 2006 sur le thème : « Climat : réduisons par quatre les gaz à effet de serre ! ». Un Tchat studieux ou Pierre à dû répondre à un grand nombre de questions parfois pointues.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Bienvenue sur le salon : 14 nov a 19h : Le Climat.
[Sujet] : (Rencontre avec Pierre Radanne)

[Description] : Le climat : reduisons par 4 les gaz a effet de serre !

Rachida : Bonjour Monsieur Radanne, comment allez vous ?

Pierre Radanne : Je suis prêt !

Pierre Radanne : C’est pour moi un grand plaisir de participer à ce tchat. Je reviens de Nairobi où j’ai participé à la 1ère semaine de la conférence de l’ONU sur le climat.

steph : monsieur radanne est ce que le nucléaire ne résoud pas le problème du réchauffement ?

Pierre Radanne : le nucléaire ne contribue pas à l’effet de serre. C’est un fait. Cela ne veut pas dire que c’est la réponse à privilégier. Je classe les politiques énergétiques en deux paquets. Celles qui réduisent les contraintes : l’efficacité énergétique, le développement des renouvelables et la sobriété des comportements. Le nucléaire appratient à une seconde catégories, les stratégies où l’on troque un risque contre un autre. Exemple l’affaire iranienne en ce moment qui préfigure une nucléarisation du Moyen-Orient.

Artur : Partagez vous les conclusions du rapport Stern ?

Pierre Radanne : Le rapport Stern met en évidence pour le grand public des idées débattues depuis déjà 20 ans, 1 - Le changement climatique si l’on ne fait rien aura un coût monstrueux. 2 - les politiques de parade à l’effet de serre auront un coût d’autant plus faible qu’on si prendra tôt et que les virages seront progressifs. 3 - Et surtout que nous entrons dans une période d’énergie chère. Plus l’énergie est chère, plus les économies deviennent rentables.

Artur : Concrètement, en 2006, le réchauffement climatique, ça se traduit par quoi ?

Pierre Radanne : depuis le début du 20ème siècle, nous constatons un réchauffement de 0,6°C sur terre, Les scientifiques nous annoncent un réchauffement compris entre 1,4°C et 5,8°C à l’horizon 2100. Bien évidement, ces chiffres n’ont guère de sens en eux-mêmes. Il faut savoir que ce qui sépare la période actuelle de l’ère glaciaire (10.000 ans avant JC), ce n’est qu’un écart de température en moyenne annuelle de 6°C. En fait, cette question du changement climatique se résume en une réalité simple. Si l’on ne fait rien, nous encourrons une changement climatique dans ce siècle équivalent à la sortie de l’ère glaciaire. En l"espace d’une vie. Tout le problème ensuite, c’est que l’on ne sait pas si cette évolution serait linéaire ou brutale. Pour le moment, nous avons sur Paris 2 canicules en 4 ans,

weber : sobriété des comportements = souffrir de la chaleur dans un train de banlieue surchauffé au mois d’août ? comment puis-je faire la morale à un automobiliste qui préfère sa voiture climatisée à l’inconfort des transports en commun ?

Pierre Radanne : La question est réelle. Nous dégager massivement de la voiture impose à la fois une amélioration en quantité de la desserte de transports en commun mais aussi une amélioration de leur qualité. Le contraste est frappant entre Paris intra-muros et la banlieue,

Mathilde : Croyez-vous que notre société soit capable de mettre un vrai frein à cette catastrophe ?

Pierre Radanne : C’est la grande question. Nous vivons un basculement de civilisation avec toute l’inquiétude que cela peut généré. Les périodes de tels basculements sont des phases historiques souvent violentes. Une seule réponse est possible : l’investissement culturel. Aider chacun à comprendre comment sa vie va changer.

Artur : De nombreuses sommités contestent la réalité du réchaufement climatique, Bjorn Lomborg crie à la supercherie, comment pouvez vous être si sûr de vos affirmations ?

Pierre Radanne : La question climatique est l’objet d’une mondialisation des plus réussies, celle des scientifiques le Groupement intergouvernemental sur l’étude du climat rassemble 5,000 scientifiques qui confrontent leurs avis, dégagent des points de consensus, identifient les variables difficiles à apprécier. Et les faits sont têtus. les deux dernières décennies sont les plus chaudes depuis 12,000 ans sans qu’une cause extérieure notamment astronomique vienne fournir une explication quelconque,

Pierre Radanne : Un point encore. La controverse en sciences, cela ne se solde pas comme au foot, un à un, balle au centre. La controverse est le moteur des sciences. Sans controverse, la science n’avance plus. Une controverse ne peut être utilisée pour justifier l’inaction. D’ailleurs en économie, les experts sont ils d’accord sur tout ?

Weber : que pensez-vous de l’instauration d’un péage urbain ?

Pierre Radanne : Le péage urbain est une vraie réponse pour desserrer l’engorgement des villes. Mais il suppose un préalable. L’existence d’alternatives réelles sur tout le territoire concerné. Or le problème de l’Ile de France, c’est qu’à côté d’une desserte en transports collectifs excellente dans le centre, le réseau de TC n’a pas suivi l’étalement de l’agglo en tâche d’huile,

Pierre Radanne : Il faut donc être attentifs aux effets sociaux. La famille qui a fuit le centre du fait de l’arrivée d’un enfant supplémentaire a dû trouver refuge en lointaine banlieue pour trouver un loyer abordable. Et voilà maintenant qu’en plus des heures de voitures lui sont infligé une augmentation des prix du pétrole et bientôt peut-être un péage urbain. Il faudrait mettre des compensations sociales,

johnjohn : bonjour, aujourd’hui, 14 novembre, il fait plutôt doux. Est-ce un hasard climatique ou les prémices du réchauffement ?

Pierre Radanne : le climat varie naturellement. Le réchauffement n’est pas particulièrement attesté par une belle journée et définitivement remis en cause par une vague de froid. Ce sont les moyennes annuelles qu’il faut suivre.

Dragika : Les dernières catastrophes cjimatiques et cyclones récents sont ils la preuve irréfutable du réchauffement climatique ?

Pierre Radanne : C’est une question encore débattue, On ne dispose pas de stats fiables sur longue période des cyclones et autres catastrophes sur longue période, Ce que l’on sait, c’est qu’une atsmophère plus chaude génère mécaniquement une augmentation de l’évaporation d’eau à la surface des océans, donc davantage de pluies et une atmosphère plus turbulente.

johnjohn : Vu les catastrophe qui nous attendent, doit-on encore faire des enfants...?

Pierre Radanne : Bien sûr que oui.

weloc : quelles pourraient être des mesures fiscales propres à inciter une reduction de l’effet de serre ?

Pierre Radanne : deux types de mesures financières sont proposées aujourd’hui. D’abord une augmentation graduelle de la fiscalité. On pense surtout aux carburants car le secteur des transports est celui qui s’avère le plus dur à traiter. Et puis il y a les fameux mécanismes de Kyoto. Jusqu’alors émettre du CO2 était gratuit, maintenant que l’on doit en réduire le volume émis, il est sain que cela devienne payant.

Laval : Faut il imaginer le retour des transatlantiques pour circuler dans le vaste monde ?

Pierre Radanne : Le transport aérien va être bouleversé. D’abord, le train doit remplacer l’avion sur courte distance. Ensuite, il faut utiliser les nouvelles techologies de communication pour éviter de mettre dans des avions des hommes d’affaires pour aller à une réunion à l’autre bout du monde. Pour le reste, l’avion reste indispensable pour assurer la gestion d’un monde globalisé. Et puis, si vous décider d’aller en Chine, ce sera un grand moment de votre vie. Alors, apprenez le chinois.

Claudine : Peut-on agir individuellement, de chez soi ?

Pierre Radanne : La moitié des émissions de gaz à effet de serre d’un pays comme la France, proviennent de nos actes quotidiens. En fait, c’est plutôt une bonne nouvelle. Ce sujet exige une réponse démocratique. Pour l’essentiel nos principaux postes d’émission sont le chauffage et le transport. A partir d’aujourd’hui au programme : isoler le logement, bien régler son chauffage, utiliser autant que possible le transport en commun, acheter des haricots verts du cahrentes-poitou plutôt que du Kenya. Je reviens de NAIROBI !

Dragika : La France ne pèse pour rien à l’échelle planétaire. Qu’attend l’europe pour engager une vraie politique écologique ? Et pourquoi ne pas santionner les USA pour leur coupable refus de signer Kyoto ?

Pierre Radanne : La délinquance américaine par rapport au protocole de Kyoto a bien évidemment un effet dévastateur. Dans le système actuel de l’ONU, non seulement on ne peut pas condamner un Etat mais les décisions doivent être prises à l’unanimité. Vivement le 1 er mardi de novembre 2008, que l’on change de locataire au bureau ovale.

Pierre Radanne : Si la France pèse peu, l’Europe dans son ensemble doit être jugée avec le japon comme le bon élève de la classe (toutes proportions gardées). C’est elle qui prend le plus d’engagements et tire la négociation mondiale. Une raison simple à cela. Nous n’avons plus de combustible fossile dans notre sol. Une seule voie donc : un développement sobre.

Virgile : a-t-on vu ou mesuré des résultats tangibles de l’accord de Kyoto ?

Pierre Radanne : Les accords de Kyoto, après rabottages multiples correspondent à une réduction de l’ordre de 2% des émissions des pays industrialisés (hors Australie et USA qui ont quitté le navire). Au plan mondial global, on enregistre une augmentation de 15% des émissions entre 1990 et 2005. On n’est donc pas encore engagé dans une trajectoire de baisse globale. N’oublions pas que la population humaine va augmenté de moitié d’ici 2060 date de stabilisation prévue et que les pays en développement émettent encore peu.

Pierre Radanne : Dès lors, pas de solutions dans que les pays industrialisés défrichent les voies de progrès technologiques, organisationnelles et surtout fassent évoluer les modes de vie auxquels aspirent le reste du monde.

Artur : Le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, intente un procès aux constructeurs automobiles qui polluent trop. Qu’attendent les Verts d’Europe pour faire pareil ?

Pierre Radanne : Bonne remarque. Deux réponses possibles. Il s’amuse parce que juridiquement cela ne peut guère aboutir. Mais cela fait progresser le débat. Deuxième raison, il a vraîment de gros biscotos.

Virgile : je me rends à mon travail à vélo : aurai-je un jour une réduction d’impôts ?

Pierre Radanne : Bien vu. Une injusice sociale flagrante. Ceux qui vont en voiture u boulot se font enquelque sorte payer un parking par leur patron, son entretien... tandis que le cycliste n’a rien. Certaines entreprises américaines proposent un prime pour ceux qui ne sollicitent pas de place de parking.

Claudine : Quelle est votre position sur la fin du pétrole bon marché ? C’est pour quand cette autre catastrophe très importante (aussi) ?

Pierre Radanne : On a encore la moitié du pétrole en terre. Donc la fin n’est pas pour demain. C’était la bonne nouvelle. Celui qui reste est bien plus cher à extraire que le 1er tiré. On entre dans une période de prix élevés et ératiques. Prenez vos précautions.

Virgile : peut-on espérer un "miracle de la science" pour nous sortir de cette évolution ?

Pierre Radanne : Que n’espérait on pas pour reporter les décisions inévitables ! Quel alibi que d’invoquer une technologie miracle, salvatrice. Un tour de magie qui changerait tout sans que rien ne change ! Eh bien, on n’a pas cela en magasin. Nous changeons de civilisation. Voici le retour dans un monde fini.

Pierre Radanne : La valeur majeure de ce siècle sera incontestablement de réussir à optimiser l’utilisation des ressources. Notre civilisation va entrer dans une nouvelle ère de progrès. D’abord, faire la paix avec sa planète, donc avec elle-même. La seule voie possible pour l’humanité va être d’être attentif à la valorisation de l’énergie et à développer les énergies renouvelables et à recycler les matières premières et la matière organique. C’est à nous de construire ce nouveau monde. Le plus tôt sera le mieux.

batal : ...c’est l’apocalypse ensomme

Assistant : En attendant la prochaine réponse de Pierre Radanne, notez notre prochain rendez-vous : Mardi 28 novembre à 19h00 avec Yann Wehrling, Secrétaire National des Verts.Il concluera notre initiative "un mois, une mesure Verte" sur le climat.

Pierre Radanne : Non. En prenant de la hauteur comprenons que ce que nous vivons a des précédents historiques. Mettez vous dans la situation d’un galopin né en 1760. Il est né dans un monde de marquis poudrés, de monaque absolu. Une société stable. Qu’a t il eu comme événement dans sa vie : la découverte de la machine à vapeur, l’entrée dans la société industrielle, l’utilisation du charbon, l’utilisation de le pomme de terre, la généralisation du papier monnaie, les droits de l’homme, la république, l’abolition de l’escalvage, l’invention de l’électricité, du chemin de fer... A sa fin de vie vers 1840, la monde avait totalement change.

Pierre Radanne : Les jeunes d’aujourd’hui vivrons un basculement identique. Notre rôle est de les aider dans cette gigantesque mutation. Il faut parler de l’avenir, l’inventer, le rêver. Pour qu’ils puissent réussir leur vie dans ce siècle. Et l’aimer.

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19