Archives des Verts français Archives des Verts français

Transcription du Chat du 28 novembre 2006

Le Climat : invité Yann Wehrling

mardi 28 novembre 2006

L’intégrale du Tchat est en ligne !
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

[Description] : Climat : reduisons par quatre les gaz a effet de serre !

Isadora : Je trouve qu’on ne voit pas beaucoup les verts sur la question climat.

Yann Wehrling : nous avons fait récemment une conférence de presse uniquement axée sur ce sujet avec D.Voynet et moi-même. Nous avons voulu détailler nos propositions car aujourd’hui tout le monde reste assez vague et peu convaincant. Nous ne sommes pas encore repris fortement mais je ne désepère pas que quand tout le monde aura dit des banalités pour la centième fois, on écoutera davntage ceux qui ont des idées concrètes. Car aujourd’hui, c’est assez "in" de dire qu’il faut agir contre le réchauffement climatique. C’est plus déplaisant de dire qu’il faut arrêter de construire des autoroutes et des contournantes de villes.

Isadora : Etes vous boycotés par les médias ?

Yann Wehrling : Boycotté, peut-être pas... disons que les médias fonctionnent bien trop à l’audimat avec une starisation à outrance. Mieux vaut inviter une star de ciné pour parler de climat qu’un expert peu connu qui dirait des choses pointues.

Claudine : Le film d’Al Gore n’est il pas vraiment caricatural ?

Yann Wehrling : le film de Gore est "gore" climatiquement parlant. Ce qui pose question c’est pourquoi des gens qui sont sincèrement convaincus depuis des années, quand ils sont au pouvoir, ne font rien. Gore est convaincu depuis plus de 15 ans. Pendant cette période il a quand même été vice-président des Etats-Unis pendant 8 ans. Et c’est pendant son mandat que les Etats-Unis ont refusé de signer le protocole de Kyoto. Comprendra qui peut !

Isadora : Et Nicolas Hulot, pourquoi ne pas soutenir sa candidature ?

Yann Wehrling : est-il candidat ?

johnjohn : Le climat, c’est très à la mode, mais bon, vous les Verts vous avez sûrement d’autres choses à dire non ?

Yann Wehrling : Bien sûr qu’on a autre chose à dire. Mais j’ai aussi envie de dire que les problèmes ne s’alignent pas les uns à côté des autres. Les Verts ont une vision d’ensemble. Par exemple, quand on parle de climat, il faut parler d’énergie, d’activités humaines qui ont besoin d’énergie, donc d’économie et aussi d’économie dans les pays du Sud qui essaient de survivre et qui n’entendent que peu nos préoccupations de pays riches. Parler du climat, c’est donc aussi parler de pauvreté sans quoi on ne règlera aucun problème environnemental.

Claudine : Mais que peut bien faire la France sur un problème aussi immense ? J’aurais plutot vu des actions au noveau de l’ONU, au minimum de l’Europe.

Yann Wehrling : Sur le climat, les actions seront utiles du plus bas niveau (chaque individu) au plus haut niveau (l’ONU). Et à chaque échelon on doit agir... personne ne doit et ne peut se dédouanner sur un autre échelon... sinon ce sera l’échec. Choisir le vélo ou le transport en commun plutôt que la voiture est aujourd’hui possible pour presque 80% de la population en France. Chaque commune peut faire son "plan climat" pour réduire sa consommation énergétique. Chaque Etat peut dépenser plus d’argent dans le rail que dans la route. etc...

Claudine : Au fait, j’ai vu que vous avez écrit un livre ? De quoi ça parle ?

Yann Wehrling : En effet... j’ai fait une sorte de carnet de mes voyages dans le pays où, avec des associations et des militants, j’ai vu des problèmes écologiques. J’ai décrit ces problèmes, sur l’eau, les déchets, les sites industriels... et surtout, je ne me contente pas de constats... je dis aussi ce qu’il faut faire.

jean_bapt : Pourquoi vous ne proposez pas de surtaxer les produits internes ou importés en Europe qui ne sont pas produits selon des normes écologiques ?

Yann Wehrling : Mais nous le proposons. L’outil fiscal et douanier est en effet un outil très utile et certainement efficace... mais je conçois cela comme un moyen de pression vers une gouvernance et une régulation économique mondiale vers une harmonisation progressive des normes environnementales et sociales. Je ne suis en effet pas un protectionniste et je ne me vois pas vivre durablement sur un continent refermé sur lui-même. J’ai envie d’ajouter qu’au niveau national nous proposons une écologisation de la TVA et des impôts sur les sociétés.

Isadora : Ben les médias ils disent surtout qu’en ce moment vous ne vous occupez que de votre congrés !?

Yann Wehrling : Nous avons bien un Congrès. Et alors ? Tous les partis démocratiques ont des AG à intervalles réguliers. C’est quand même incroyable que quand les Verts ont une AG, on le leur reproche. Quand le PS se déchire depuis des mois lors de leur Congrès, puis après entre leurs candidats... tout le monde finit par trouver cela normal, voire bien... 2 poids, 2 mesures ? Idem pour les primaires internes du PS. Tout le monde à trouver que c’était bien que le PS fasse ainsi. Nous, quand on le fait depuis 20 ans, on dit que c’est le bordel et que c’est brouillon.

jean_bapt : Il commence à exister des cabinets (celui de Nicole Notat, par exemple) qui donnent des labels, qui classent les industriels et les pays selon leur respect de critères environnementaux, de droits de l’homme, de libertés syndicales, de la presse, etc..Pourquoi votre programme ne propose pas de soutenir ces cabinets, de valider des labels ?

Yann Wehrling : Attention, un travail volontaire de cabinet qui décerne des notes, c’est un travail de cabinet, pas de politique. Le travail des politiques peut être de mettre de l’ordre dans des labellisations trop nombreuses et peu claires (comme pour le bio par exemple), mais on ne peut pas se contenter de cela. Ce serait uniquement fonctionner à l’incitatif sans mesures coercitives.

Carlos : Franchement vous avez pas mieux à faire que de nous bassiner avec des histoires de réchauffement climatique ? Carlos : Et puis vos élus ils nous emm... je prend la voiture si je veux !

Yann Wehrling : "Bassiner"... c’est précisément ce qui va pousser des millions de personnes à changer de lieu de vie parce que leur maison et leurs terres seront sous les eaux. Vous devinez que je ne suis pas d’accord avec vous sur l’ampleur du problème qui est autant humain qu’écologique, qu’économique. Vous êtes libre de prendre votre voiture, mais essayez aussi de mesurer votre allure si tout le monde raisonne comme vous : des bouchons, des engorgements de folie... vous serez bien dans votre voiture, mais à l’arrêt, avec du bruit, de la pollution... et je l’espère pour vous, un bon auto-radio pour vous faire passer le temps !

Carlos : Moi j’ai pas les moyens d’être écolos ! Je fais mes courses chez franprix et y’à pas de bio !

Yann Wehrling : Alors là, je vous donne raison. Moi-même, je peste parfois dans mon supermarché devant les prix des produits bio par rapport à ces horribles légumes, fruits ou poulets industriels à très bon marché. Nous voulons très fortement que les aides à l’agriculture soient complètement revues de sorte que les produits qui respectent l’environnement soient aidés au moins au même niveau que les produits industriels... et qu’on passe progressivement à une aide pour les produits bio. En réalité, si vous payez moins cher l’industriel, c’est que c’est une production très fortement aidée, alors que le bio n’est pas aidé du tout. Au fond, vous payez votre aliment industriel deux fois : une fois à la caisse de votre supermarché, et une autre fois par vos impôts ! Nous proposons dans notre programme de passer à 15% d’agriculture bio en France en 5 ans (- de 2% aujourd’hui !)

jean_pierre : pourtant je suis content lorsque je peux emprunter une autoroute pour me rendre en vacances ...

Yann Wehrling : et pourquoi pas le train ?

jean_pierre : au fin fond de la lozère ?

Yann Wehrling : 80% de la population vit aujourd’hui dans des zones urbaines. Evidemment qu’il faut voir les choses autrement pour les gens qui vivent en zone rurale. Mais si, déjà, ces 80% modifiaient leur comportement de déplacement... ne serait-ce que la moitié d’entre eux... la face du climat en sera (moins) changée.

Isadora : Contassot veut supprimer les sacs plastiques aux caisses des magasins. Quel rapport avec le climat ?

Yann Wehrling : c’est en rapport avec les déchets. Produire moins de déchets, c’est diminuer les efforts des communes pour leur retraitement. Il faut quand même bien se rendre compte que malheureusement beaucoup de communes passent leurs déchets à l’incinération... donc effet de serre !

jean_pierre : Les transports en commun c’est la galère ...

john-john : Pensez-vous pouvoir gagner une grande ville comme les Verts allemands l’ont ffait en Allemagne à Fribourg et récemment à Tübingen ?

Yann Wehrling : C’est vrai. Mais être coincé dans un bouchon aussi. Voir ses enfants choper un asthme ou une maladie respiratoire à cause des bagnoles, c’est encore plus la galère. Non ?

jean_pierre : Est-ce raisonnable pour un parti politique de se présenter aux éléctions en promettant des sacrifices ?

Yann Wehrling : Disons que ça change. Il y a quelques années, nous avions sorti un slogan : "Tous les politiques vont vous promettre la lune... avec les Verts, occupez-vous de la Terre". Le langage de vérité est essentiel pour que les réformes soient acceptées. Le "demain, on rase gratis" est insupportable.

Bloggeur : C’est bien de faire des Tchat. J’aime bien les petits films sur le Blogs de Voynet. Ca fait "film du gilm" ou plutot "film de la campagne". C’est pas à la TV qu’on verrait ça !

Yann Wehrling : Merci... on va essayé de poursuivre et développer notre campagne sur le net.

Alexis_Braud : Comment faire la promotion de la réduction de l’émission de CO2 sans favoriser ceux qui font la promotion du nucléaire ?

Yann Wehrling : En gros, le nucléaire ne répond pas au problème du climat. La production de l’électricité et la réduction des gaz à effet de serre sont deux problèmes distincts. Car le plus gros de la production des gaz à effet de serre c’est le transport. C’est là qu’il faut agir prioritairement et le nucléaire ne règlera rien. Ce qui est problématique aussi avec les arguments des pro-nucléaires, c’est de faire croire qu’on va pouvoir consommer comme avant en développant le nucléaire. C’est un mensonge. On ne coupera pas une vrai politique d’économie d’énergie.


Il est 20h ! C’est fini ! Merci à toutes et à tous pour votre participation. Vous pourrez retrouver ce chat en ligne sur notre site internet. Le prochain tchat aura lieu le 12 décembre à 19h.
A très bientôt !
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19