Archives des Verts français Archives des Verts français

On ne s’en fiche pas d’être fichés

Communiqué de presse des Verts du 9 novembre 2006

jeudi 9 novembre 2006

Les Verts tiennent à dire leur opposition au croisement de plusieurs fichiers sociaux avec le Registre national d’identification, qui devrait être voté aujourd’hui par les députés sous forme d’amendement, dans le cadre de la lutte contre les fraudes sociales, notamment à la Sécurité sociale.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Devant une démarche engagée à la sauvette, sans véritable débat, Les Verts partagent en effet les craintes exprimées par Alex Türk, le président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Sous couvert de lutte contre la fraude, la politique de fichage et de croisement de fichiers représente un véritable bouleversement, notamment sur le plan des libertés. Agir fermement contre les fraudes est possible en utilisant les moyens légaux existants, au lieu de créer de nouveaux dispositifs dans des conditions anormales.

Les Verts dénoncent une dérive à l’oeuvre depuis plusieurs années vers une société du fichage. Les fichiers fourre-tout, dont l’utilité immédiate est incertaine, se multiplient et s’entre-croisent : GAMIN, VITAL, ANAISS, INES, autant de noms souvent charmants qui dissimulent mal une volonté acharnée de réduire en fiches et numéros les individus, pour mieux les surveiller.

Le fichier des empreintes génétiques répertorie en vrac des violeurs, des faucheurs d’OGM, des enfants suspects de chapardages à l’étalage. Les renseignements sur les enfants scolarisés sont centralisés dans une base informatique nationale, les absences scolaires sont répertoriées informatiquement dans les mairies. Les empreints digitales des demandeurs d’asile sont stockées dans un fichier européen consultable par les autorités administratives de toute l’union, les personnes ayant hébergé des étrangers ou les ayant visités dans un centre de rétention sont fichées.

Enfin, un amendement à la loi de finance de 1999 a ressuscité le système SAFARI en autorisant l’administration fiscale à utiliser le numéro de sécurité sociale (NIR), dans l’indifférence générale, puis la loi informatique et libertés a été refondue en 2004 en diminuant la protection des personnes fichées. À l’horizon 2009, se profile la carte d’identité à puce incluant des éléments biométriques. Les Verts sont opposés à la société sous surveillance.

Sergio Coronado, Porte-parole

Mot-clé :
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19