Archives des Verts français Archives des Verts français

Catastrophe écologique et crise politique en Côte d’Ivoire

Communiqué à la presse du 13 septembre 2006

jeudi 14 septembre 2006

Les Verts dénoncent la chaîne de responsabilités internationales et ivoiriennes qui ont abouti au déversement sauvage sur des sites en plein air d’Abidjan, de déchets toxiques dont les émanations ont déjà provoqué 6 morts et plus de 1500 cas d’intoxication. Ces déchets ont en effet été débarqués du Probo Koala, un navire appartenant à une compagnie grecque et affrété par une société néerlandaise qui a obtenu de l’administration ivoirienne le déchargement de ces déchets disséminés ensuite dans la ville par une société privée, provoquant ainsi une grave pollution et une catastrophe sanitaire.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Les Verts dénoncent le non-respect par les affréteurs du Probo Koala de la Convention de Bâle qui régit le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et plus précisément du « Ban Amendment » de cette Convention qui interdit l’exportation de déchets dangereux en direction des pays en développement. Cet amendement a été intégré par l ‘Union Européenne dans sa directive sur la régulation du transport des déchets, mais sa valeur contraignante n’a pas empêché le Probo Koala de partir d’Europe pour aller polluer la Côte d’Ivoire. Les Verts appellent à un renforcement de la réglementation internationale, car la tendance lourde des pollueurs est de se débarrasser de leurs déchets dans les pays pauvres, où l’Etat de droit et la législation sur l’environnement sont souvent défaillants, voire inexistants, et dont les « élites » sont souvent sensibles à la corruption.

Les Verts s’étonnent que le premier ministre de transition aux pouvoirs élargis, Charles Konan Banny, qui a été nommé en décembre 2005 par la communauté internationale ait saisi le prétexte de cette catastrophe pour présenter la démission de son gouvernement au président Gbagbo, lequel ne l’a pas nommé et dont le mandat devait se terminer par une élection présidentielle en octobre 2005, reportée par la résolution 1633 de l’ONU au 31 octobre 2006 et qui finalement n’aura pas lieu à la date prévue faute que les conditions d’un scrutin transparent soient assurées. Les Verts appellent tous les acteurs politiques de la crise politique ivoirienne, et en premier lieu le président Gbagbo, à cesser de faire obstruction au processus de transition et à permettre au plus tôt la tenue d’élections libres et transparentes..

Sergio Coronado Porte parole

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19