Archives des Verts français Archives des Verts français

Michèle Alliot-Marie et les poubelles flottantes

Communiqué de presse du 17 mai 2006

mercredi 17 mai 2006

Les Verts se félicitent du retour du Clemenceau en France. Le gouvernement français a tenté depuis le début de cette affaire de commettre une violation manifeste de la Convention de Bâle sur les déchets dangereux, pratiquant une dissimulation éhontée de la quantité réelle d’amiante contenue dans le navire.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Comme l’ont avoué cyniquement des responsables du dossier, c’est à cause du moindre coup de l’opération en Inde, où l’amiante n’est pas interdite et les contraintes réglementaires sont moins fortes, que la France s’est ridiculisée sur la scène internationale. Peine perdue, la pantalonnade de Michèle Alliot-Marie aura coûté en tout 12 millions d’euros aux contribuables français.

Comme d’habitude avec Jacques Chirac et son gouvernement, un scandale financier peut en cacher un autre. Les Verts demandent en effet qu’il fasse toute la lumière sur les coûts et les méthodes de démantèlement envisagées pour les 80 navires militaires appelés à être déconstruits prochainement. Sachant que la prise en charge du Clemenceau est estimée à 45 millions d’euros à elle seule, quel sera le montant total de la facture pour tous ces bateaux ? Les français sont en droit de savoir. Une fois de plus la droite se fait fi de la transparence, valeur pourtant fondatrice d’une véritable démocratie.

Face à ce scandale portant sur des centaines de millions, voire des milliards d’euros, les Verts demandent au gouvernement une transparence totale sur le coût estimé du démantèlement de tous ces navires de guerre.

Mais l’affaire du Clemenceau et le scandale financier du démantèlement des navires militaires français posent une question environnementale plus vaste. Près de 700 navires de commerce sont en effet démolis chaque année dans le monde et ce chiffre est susceptible de doubler d’ici à 2008 avec l’interdiction des pétroliers à double coque.

Les Verts proposent donc que les constructeurs soient obligés de provisionner dans leur prix de vente les sommes nécessaires au démantèlement des bateaux. Les Verts proposent en outre que soit élaboré et signé un traité international imposant aux Etats de mettre en place leur propre industrie de démantèlement, afin de déconstruire leur flotte selon des critères respectueux des personnes et de l’environnement.


Les Verts
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19