Archives des Verts français Archives des Verts français

Loi littoral et associations

mercredi 6 juillet 2005

  • Le COLLECTIF contre la remise en cause de la loi littoral
  • Gérard Borvon, Président de S-Eau-S
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Le COLLECTIF contre la remise en cause de la loi littoral :
Créé en novembre 2004, ce collectif regroupe les associations de protection de l’environnement inquiètes après la parution des rapports parlementaires. Ces associations refusent la remise en cause de la "loi littoral". Alors que la loi littoral, adoptée en 1986, n’a pas du tout entravé le développement économique et urbain de zones littorales (ainsi que le démontrent les résultats du dernier recensement général et les indicateurs économiques), les groupes d’intérêts hostiles à la loi tentent de faire passer, sous couvert de rééquilibrage, une remise en cause de cet acquis essentiel qu’est le droit pour tous à des espaces préservés et non privatisés/bétonnés.

La menace réside dans les quatre intentions déclarées de :

1. - limiter les possibilités de recours (des associations notamment) en mettant fin à l’application (opposabilité) directe de la loi littoral aux projets d’opérations et de constructions ;

2. - abandonner aux élus locaux, par les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et les plans locaux d’urbanisme (PLU) le soin de définir le champ d’application de la loi, notamment en permettant des extensions d’urbanisation en dehors des agglomérations et hameaux existants, et d’exclure de la loi certains espaces proches du rivage ;

3. - ne plus limiter l’extension de l’urbanisation dans les espaces urbanisés ; permettant ainsi une densification du littoral et des espaces proches qui ne sont à présent que faiblement urbanisés ;

4. - de restreindre à quelques sites exceptionnels (type pointe du Raz) les espaces remarquables, et d’autoriser les collectivités locales à y prévoir des " plans aménagement... " .

Ce collectif décide de lancer une campagne d’actions et sensibilisation contre toutes remises en cause de la "loi littoral" de 86. (pétition, manifestations).


« Défendre la loi littoral » par Gérard Borvon, Président de S-Eau-S.
Membre du Comité de bassin Loire-Bretagne. Membre du Comité National de l’eau.
« Alors que le littoral est déjà menacé par une modification de la loi littoral permettant l’accélération du bétonnage des côtes, le député Jacques le Guen souhaite aggraver la situation en livrant l’espace littoral à la pollution agricole.
Comment vouloir supprimer l’interdiction d’épandre du lisier sur la bande des 500 mètres, comment refuser la mise aux normes des exploitations polluantes, quand les plages sont régulièrement envahies par les algues vertes et que les ostréiculteurs doivent fermer leurs exploitations pendant des périodes de plus en plus longues pour cause de développement de micro algues toxiques dont les plus virulentes (Alexandrium, PseudoNitzschia, Dinophysis) sécrètent des toxines dont certaines peuvent atteindre le système nerveux, voire même provoquer la mort. Aujourd’hui, pour cause de pollution chronique, une tradition ancrée dans notre culture, comme la pêche à pied, devient, dès le printemps, une activité accompagnée de risques sérieux d’intoxication.
Devant cette situation inacceptable, les propos de Jacques Le Guen sont totalement irresponsables. C’est un signal fort donné à ceux qui, par leurs fraudes répétées, sont responsables du développement de la pollution. C’est un encouragement à ne plus respecter les normes actuelles. C’est un désaveu de l’effort effectué par ceux, parmi les agriculteurs, qui ont décidé de prendre réellement des mesures en faveur de la protection de l’environnement. Les directives européennes, récemment votées par le parlement (et donc par le député Le Guen lui-même) dans le cadre de la loi sur l’eau, nous font obligation de retrouver, pour 2015, la qualité de l’eau dans nos rivières et sur nos côtes. Le rôle d’un élu breton doit être d’organiser la mobilisation afin d’attendre cet objectif et non pas de demander l’abrogation des dispositions, déjà insuffisantes, qui peuvent aider à y parvenir ». Le 16 septembre 2004

Mot-clé :
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19