Archives des Verts français Archives des Verts français

Incendie et explosions d’une usine de produits chimiques dans l’Aisne au moment même de l’anniversaire de l’explosion d’AZF

Réaction presse du mardi 23 septembre 2003

lundi 22 septembre 2003

L’incendie et l’explosion survenus dans l’usine Kiraviv hier nous rappelle que le risque industriel est présent partout sur notre territoire.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La veille, pour le deuxième anniversaire de l’explosion d’AZF, Les Verts ont organisé à Toulouse, une rencontre pour faire le bilan. Il n’est malheureusement pas de la couleur de la ville meurtrie !

Il y a d’abord les victimes : 30 morts, 2000 blessés dont beaucoup resteront handicapés à vie, 12000 logements à reconstruire (soit une population de près de 30000 personnes touchées !).

Il y a ensuite les procédures judiciaires que les victimes ont intentées, mais qui ne devraient pas concerner les personnes morales, pourtant responsables dans cette affaire.

Et puis il y a les élus UMP qui, sur la scène publique, jouent aux pleureuses, et dans les faits ont résolument pris le parti des industriels :

- Ils ne se sont pas associés aux victimes dans les procédures judiciaires
- La mairie de Toulouse a tenté de capter une partie des fonds collectés pour les victimes dans le but avoué de l’utiliser pour les bâtiments publics
- Les députés européens UMP (dont Madame De Veyrinas, également adjointe au maire de Toulouse), se sont opposés en première lecture, à l’adoption de la directive sur la responsabilité environnementale. Cette directive obligerait les entreprises polluantes à faire des provisions financières pour réparer tout dégat qu’elles pourraient causer. Enfin un texte législatif qui propose concrètement des vraies mesures préventives et non plus seulement curatives !
- Dans cette même logique, au Conseil des Ministres de l’environnement qui a suivi ce vote du Parlement européen, Madame Bachelot a réussi à faire passer plusieurs amendements à cette directive la vidant de son contenu.
- Et pour couronner le tout, la loi sur les risques industriels que cette dernière a présenté, introduit des dispositions inverses qui permettent aux industriels d’être épargnés de tout soucis en proposant aux futures victimes de se cotiser pour réparer les dégats qu’ils pourraient subir. Madame Bachelot a même eu l’indécence d’affirmer qu’il fallait faire en sorte que les plus démunis puissent continuer à résider à proximité de sites classés ! En somme, Madame Bachelot a légalisé les futurs accidents « AZF » !

Dès lors, les catastrophes industrielles sont présentées par nos élus comme des malchances auxquelles il faut se résigner, et se préparer… un peu comme s’il s’agissait de catastrophes naturelles imprévisibles et contre lesquelles on ne peut rien !

Or, avec la directive sur la responsabilité environnementale, si elle était adoptéé en seconde lecture telle qu’elle l’a été en première lecture au Parlement européen, les Verts sont persuadés que nos Etats se doteraient d’un arsenal juridique et règlementaire capable de prévenir de nouvelles catastrophes industrielles. Cette directive concerne non seulement les produits chimiques, mais aussi les pétroliers, et l’industrie nucléaire. Le Parlement européen, dans ce vote historique, a même obtenu de le Commission d’y inclure les risques liés à la dissémination des OGM. 

Mais pour cela, nos élus UMP doivent admettre que leurs discours ne sera crédible que s’ils joignent leurs voix à celles des Verts au Parlement européen pour adopter une directive qui prône la prévention des risques, et non plus la gestion des risques.

Yann Wehrling, Porte-parole

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19