Archives des Verts français Archives des Verts français

Communiqué à la presse du 23 août 2002

Incinérateurs : une filière dangereuse !

vendredi 23 août 2002

Après les incinérateurs du Nord qui avaient dû fermer en urgence en 98, après l’incinérateur d’Albertville qui a pollué toute la filière AOC du Beaufort, après les études du professeur Viel autour de l’incinérateur de Besançon, voilà maintenant les études autour de l’incinérateur d’Angers qui concluent à un risque de 18 cas supplémentaires de cancers.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Les Verts réaffirment que la filière de l’incinération est mal maîtrisée et qu’elle comporte de nombreux risques insidieux à long terme. Or on voit aujourd’hui cette filière repartir de plus belle sous prétexte qu’il existe une norme et que les incinérateurs « aux normes » n’entraîneraient plus aucun danger. C’est d’autant plus faux que la définition de la norme tient plus de la faisabilité industrielle que de la mesure du risque réel.

En effet, les Verts tiennent à rappeler que la quantité totale de dioxines qu’un individu peut ingérer sans risque est totalement inconnue. Il existe un facteur 1000 entre les préconisations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et celle de l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement ) des Etats-Unis sur la dose journalière admissible de dioxines, ce qui montre l’étendue du manque de connaissance dans ce domaine. Ainsi, le comité de la prévention et de la précaution avait évalué dans son rapport de 1998 un nombre de décès annuels par cancer liés à la dioxine en France entre 3200 et 5200 selon la méthode américaine et zéro selon l’OMS ! ! ! De plus, le lait maternel, aliment essentiel des nourrissons, est en moyenne 3 à 5 fois plus contaminé que tous les autres aliments entraînant une sur-exposition au tout début de la vie.

Les Verts affirment que cette filière doit rapidement décroître en France et demandent qu’un moratoire soit instauré sur la construction de tout nouvel incinérateur. Il faut enrayer la production de masse des déchets pour mettre enfin en uvre une politique digne de ce nom qui doit commencer par la réduction des déchets à la source. C’est la partie la plus fondamentale de la loi de 1992, celle qui n’a jamais été mise en oeuvre !

Maryse Arditi Porte-parole

Mots-clés : ,
Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19