Archives des Verts français Archives des Verts français

Erika ... et après ?

Extrait du Bulletin de la Commission Environnement n°2, été 2003

vendredi 5 septembre 2003

La comparaison des articles de presse qui ont suivi les marées noires de l’Amoco Cadiz (1978) et d’autres pétroliers sur les cotes de France, surtout en Bretagne, avec ce que l’on constate aujourd’hui depuis des mois de décembre 1999 pourrait faire penser que notre société dite éclairée et "de progrès" est dotée d’une colossale amnésie. L’on entend les mêmes déclarations tonitruantes sur un nettoyage complet et rapide du littoral, sur une certaine innocuité des effets à court ou long terme du pétrole répandu, sur le bien fondé des actions des pouvoirs publics, etc.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Sans tomber dans le catastrophisme, il faut bien convenir qu’il aurait mieux fallu, avant de lancer des affirmations que les faits viennent infirmer, faire preuve d’humilité et reconnaître que, pas plus qu’en 1978 ou après, la France ne s’était réellement préparée à affronter une marée noire. Le sort, réservé par MM. les préfets des zones de défense et des départements littoraux comme par MM. les préfets maritimes à la circulaire à eux adressée par M. Jospin, premier ministre, le 17 décembre 1997, montre qu’il y a encore beaucoup à faire en matière de prévention.

Le récent avis du conseil économique et social remet quelques pendules à l’heure. Il est vraisemblable que la commission d’enquête parlementaire sur la sécurité du transport maritime et des produits dangereux mise en place en janvier dernier et la mission d’information du sénat initiée en mai apporteront d’autres éléments. L’on peut espérer que les propositions qu’elles ne manqueront pas de faire auront plus de poids que celles déjà faites en 1978 par le conseil économique et social et une commission d’enquéte sénatoriale.

C’est en partie, pour éviter qu’une fois retombée l’émotion, l’on oublie Erika comme l’on a oubliée Amoco Cadiz, que s’est constitué l’Observatoire associatif des marées noires grâce à l’appui de la ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement qui a dû parfois surmonter des réticences administratives. Il vient de définir 6 groupes thématiques : espèces, milieux marins, milieux terrestres littoraux, déchets pétroliers, transport maritime et analyse des moyens mis en oeuvre.
Le bilan des actions engagées servira à alimenter les réflexions pour une meilleure prévention et pour un meilleur traitement des marées noires lorsque la prévention aura été défaillante.

Jean Pierre Raffin , (NDLR : professeur d’écologie, ancien député Vert Européen, conseiller au cab du MATE en 1997-99, participe au suivi des effets des marées noires sur le terrain.)

Top
Plan du site | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV - 6 rue Chaudron - 75010 - Paris - Tél. 01 53 19 53 19